Vision, action et art sont alors les étapes de l’incorporation d’une connaissance qui se forme dans l’intellect humain : comme Vision d’un objet présent, d’un souvenir passé ou d’un projet encore à venir, qui se rend ensuite au monde par le biais de l’Action, pour, enfin, se constituer en toute perfection comme Art, ce dernier se couronnant lui-même dans l’esprit et se réalisant par la plénitude de la (re)création.
Et c’est justement le même esprit qui découle de ses paroles extraites de la Préface qui a déjà été mentionnée, écrite en 1976, l’année précédent ses conférences données à Lisbonne, Coimbra et Porto :

Ce sont les terres de l’Extrême Occident, des terres de fiction ? Et c’est le Cinquième Empire le «cinéma» du Portugal ? Dans notre monde réel, où les empires n’appartiennent plus aux propriétaires de la mer, mais à ceux de la terre, et ce trouvent serrez dans les blocs continentaux, en une seule pièce fermés sur eux-mêmes, qu’est-ce qui se passe à l’universalisme vieux? En se faisant des concessions soi-disant «réalistes» au vieux mythe, les Portugais ont nourri l’illusion qu’ils reussirait à se tenir sur trois continents, à travers le «triangle de fer» Pretoria-Lisbonne-Brasilia, concentré sur la fortresse de la Guinée-Bissau. Une «Lusitanitée» dégradée demanda donc un alibi géopolitique inconsistent. Pourquoi compromettre l’esprit avec des constructions si artificiels? (Raymond Abellio, Préface à Le Ve Empire, de Dominique de Roux)

Programa

Organização:

CITAR – Escolas das Artes / Universidade Católica Portuguesa

APHA

 

Pesquisar no Site

Redes Sociais

Contactos

Morada

Museu Nacional de Arte Antiga
Rua das Janelas Verdes
1249-017 Lisboa

Telefone: 213 912 800

Fax: 213 973 703

E-mail: direccao@apha.pt